En savoir plus sur le métier de data scientist

Le domaine informatique est vaste et il se ramifie en de nombreuses autres branches. Dans un futur proche, ses branches constitueront le nouveau visage de l’informatique. Dans cet article, il s’agira essentiellement du métier de data scientist. Ce secteur porteur trouvera une grande importance d'ici quelques années. Êtes-vous intéressé par ce secteur d’avenir ? Apprenez en plus dans cet article. 

Quels sont les prérequis et les compétences requises 

Si vous le désirez, vous pouvez découvrir plus de conseils ici. Comme il s’agit de la science de l’informatique et des données, vous allez avoir besoin de fortes bases en mathématiques. En plus claire, il vous faut au minimum un Bac+3 dans une filière mathématique ou informatique. 

Vous aurez également besoin de connaissances pratiques en programmation puisqu’un data scientist programme énormément d’algorithmes pour faciliter le transit des données. 

Il faut aussi noter que le data scientist va élaborer des algorithmes capables de prédire certaines décisions des acteurs d’un marché ou d’une institution, d’où les compétences en statistiques et en mathématiques et pourquoi pas en marketing. Les inscriptions et les entretiens pour la formation se déroulent généralement en ligne. 

Quelles sont les compétences enseignées pour devenir data scientist ?

En général, le programme de première et de deuxième année de master en data science regroupe trois grandes branches de la mathématique à savoir la mathématique appliquée, la programmation et le business IA. 

Les matières enseignées permettront d’administrer de manière optimale les données MYSQL par la création de tables. Le transit et l’extraction d’informations seront également d’actualité avec Python. Les apprenants pourront aussi étudier les performances d’une intelligence artificielle sur la base de ses résultats réels. 

Mieux encore, la formation prépare les apprenants à créer des programmes de deep learning pour optimiser les performances d’une structure ou résoudre des problèmes. La création d’application web est aussi au programme et enfin, la formation se termine avec la création de visages fictifs grâce aux technologies générative adversarial network (GAN).